Publication / Textes de presse

L’hyperkinésie – l’hyperactivité

Qu’est-ce que c’est un enfant hyperactif ou hyperkinétique ?
C’est un enfant qui doit bouger, qui doit toujours faire quelque chose.
Pour cet enfant c’est un besoin vital de bouger ou d’être actif.
Comment çà ?

L’enfant a dans son cerveau un programme qui lui impose ce comportement – comportement qui lui permet p.ex. de se rassurer qu’il est toujours en vie ou de solutionner un stress individuel lié au fait de ne pas bouger.
Pour chaque enfant individuellement, il faut trouver et annuler ce programme pour voir l’enfant se calmer instantanément.

Exemples :

Nicolas, 8 ans, hyperkinétique, ne tient pas deux secondes sans bouger.
Vers la vingtième semaine de grossesse, la mère de Nicolas l’avait senti bouger dans le ventre. Puis elle ne sent plus aucun mouvement pendant deux jours, elle commence à paniquer, se précipite à la clinique où on va tout de suite vérifier par échographie si le bébé va bien : OUF, IL BOUGE !!!
Le cerveau de l’enfant enregistre qu’il faut bouger et ne pas arrêter de bouger pour que tout soit ok, pour qu’on se rende compte qu’il est toujours vivant et pour rassurer et calmer maman. Alors que maintenant sa mère s’énervait en le voyant bouger sans arrêt.

Il a fallu (et il a suffi d‘) expliquer à Nicolas que maintenant il n’avait plus besoin de bouger tout le temps pour calmer sa maman en lui montrant de cette façon qu’il était toujours vivant, et qu’il ne devait plus continuer à bouger par peur d’être mort en restant immobile.

Roland, 5 ans, hyperactif, bouge tout le temps et tombe souvent, de plus en plus gravement.
Guérison après la prise de conscience du conflit de la mère dont il faisait la solution (évidemment inutile entre-temps).
Roland est né à 34 semaines de grossesse, la mère était hospitalisée les dernières semaines pour menace d’accouchement prématuré. La mère a très mal supporté cette situation. Elle était sous médicaments "qui la rendaient très nerveuse intérieurement", elle ne pouvait pas bouger du tout, elle ne pouvait même pas se lever pour aller aux toilettes, elle était clouée au lit, alors qu’elle aurait tant voulu bouger ...
Roland va réaliser son désir de bouger.

Très tôt dans la grossesse, la mère avait des contractions et elle a eu très peur de perdre son bébé. Quand on perd son bébé (fausse couche), il "tombe" hors du ventre, cela est enregistré en terme de chute verticale. La mère de Roland a donc eu très peur qu’il ne tombe. Et une très grande peur s’estompe quand la chose arrive dont on a peur, c.à.d. pour calmer et arrêter la peur de maman Roland va tomber tout le temps, évidemment plus il va tomber sur la tête (sens de sortie du bébé) plus la mère va avoir peur qu’il tombe à nouveau sur la tête, ce qui va fermer le cerle viscieux.

Dany, 10 ans, hyperactif, il n’avait pas le temps et la patience de rester à table, il se dépêchait pour manger et jamais il s’asseyait pour raconter un peu, pour lire, pour s’occuper de quelque chose de sérieux. Il était toujours dehors pour jouer et pour "travailler".
Amélioration immédiate après prise de conscience du vécu des parents pendant la grossesse: pendant la grossesse leur maison avait été construite et le père de Dany travaillait beaucoup dans cette maison. Après son travail, il rentrait vite manger une tartine, il se changeait et il allait travailler encore quelques heures sur le chantier. Il se plaignait même de ne plus avoir le temps de s’asseoir pour lire le journal. Quand il rentrait très tard, il était tellement fatigué qu’il allait se coucher rapidement, au lieu de passer la soirée en compagnie de son épouse (à se raconter...). Dany comprend qu’il a repris le fonctionnement de son père: "ah, alors c’est pour çà !?!"

Pit, 12 ans, hyperactif, de préférence il démolissait.
Le père de Pit travaille à l’usine et les week-ends lui et son compagnon vont démolir des vieilles maisons pour vendre les vieux matériaux ...
L’accouchement de Pit devait être provoqué, mais le travail n’avançait pas comme le père l’avait espéré. Il se sentait très mal puisqu’il avait encore un travail à terminer avec son compagnon qui ne comprenait pas qu’il devait rester assis près de son épouse sans rien faire. Le père était fort stressé par le fait qu’il ne pouvait rein faire alors qu'il aurait dû aller aider son compagnon à démolir, il savait que son compagnon allait être fâché et il se sentait coupable de l’avoir laissé seul.
Pit réalise la solution du stress du père : ne pas rester sans bouger, aller démolir.

Dès que l’enfant (et ses parents) comprend ou comprennent le sens de son hyperactivité ou de son hyperkinésie, il(s) se rend(ent) compte que - dans le présent réel – cela n’a plus aucun sens en lui et instantanément l’enfant "guérit" et il va sentir un soulagement intérieur en (re)trouvant son calme.