Publication / Textes de presse

La vache folle

Peut-être la vache n’est-elle pas si folle que ça, elle fait simplement un conflit, elle vit un conflit biologique : le conflit du cannibalisme.
Les bovins sont des herbivores et à l‘heure actuelle on les oblige de manger les déchets recyclés de leurs congénères, entre autres la cervelle et la moelle épinière.
Mais avant les vaches il y avait déjà les moutons qui étaient devenus fous puisqu’on leur a donné à manger les cerveaux de leurs congénères.
En même temps vous comprenez pourquoi les porcs ont toujours toutes leurs facultés : ils ne mangent pas leurs cerveaux, c’est nous, les humains, qui les mangeons.

L’homme qui "mange" le cerveau d’un autre humain va faire la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Le cannibalisme moderne chez les humains consiste en des interventions chirurgicales sur le cerveau, des implantations de différentes cellules du cerveau prélevées chez des foetus avortés comme elles sont pratiquées par exemple dans le traitement du nanisme. Les quelques cas ce Creutzfeld-Jakob qu'on a observé (plus ou moins 12) en Belgique depuis le début du 20e siècle sont des opérés ou des greffés du cerveau (en grosse majorité des enfants) et deux neurochirurgiens qui faisaient ces interventions, qui ont dû vivre un conflit par rapport à leurs actes.

En Nouvelle-Guinée, le peuple des Foré souffre d’une maladie dénommée KURU, maladie incurable menant rapidement à la mort. Les symptômes moteurs (incoordination, mouvements incontrôlés, perte de l’équilibre...) ola vache follervés chez ces malades ressemblent très fort et d’une manière étonnante aux images connues de ces pauvres vaches. Le peuple des Foré pratique le rite religieux de l’endocannibalisme, on prépare et on mange les cerveaux des morts pour les honorer de manière spéciale.

Ce phénomène est tout à fait reconnu par les scientifiques (comme celui de Creutzfeldt-Jakob aussi, mais on n‘ en parle plus). Ces pratiques sont interdites depuis 1959 et on explique les cas de Kuru qui sont toujours diagnostiqués à l’heure actuelle par un temps d’incubation très long (30 à 35 ans) : des bébés et des jeunes enfants se seraient infectés dans les années 1950-60 (en touchant simplement ou en mangeant du cerveau humain) pour en faire les symptômes seulement maintenant, puisque officiellement le cannibalisme n’est plus pratiqué. Dans un reportage (à la télévision, il y a déjà quelques années) on a pu voir ces malades et malgré l’interdiction du cannibalisme les Foré continuent leurs rites en cachette en prenant le risque de la maladie et des punitions légales.

On nous fait croire que le temps d’incubation du "virus" (!?!) de la folie est de 30 à 35 ans également (quelle similitude!) alors qu’on ne connaît pas encore la cause de ce phénomène. La maladie n’est connue que depuis quelques années mais on prétend connaître le temps d’incubation chez l‘homme (temps d’incubation de quoi finalement?). Alors comment ça se fait qu’en Angleterre il y a une "autre, nouvelle forme de Creutzfeldt-Jakob" qui a été diagnostiquée chez plusieurs individus (même à l’âge de moins de 30 ans)? Il y a eu un véritable boom de cette maladie étant donné la rarité de cette maladie au vingtième siècle. Est ce qu’il y aurait déjà eu une vache malade qui serait passée inaperçue en 1967 - ou même plusieurs - pour expliquer ce phénomène de l’apparition de la maladie de Creutzfeldt-Jakob à l’heure actuelle ? En Angleterre, la panique collective a réussi à créer cette "autre, nouvelle forme de Creutzfeldt-Jakob" dont quelques individus seraient déjà morts.

Comme vous le savez, quand il y a une grande peur insupportable, une panique, la seule chose qui peut arrêter ce stress (dans l’instant – puisque après la peur ne va qu’augmenter) est que la chose arrive dont on a peur.
En Belgique, il n’y a pas eu de nouveau cas de C-J, alors que notre jeunesse aime aussi manger les hamburgers de chez Mc Donalds que l’on prétend être la cause probable de "l’infection" de ces jeunes malades atteints de la nouvelle sorte de Creutzfeldt–Jakob puisque cette viande serait davantage contaminée...

Comme vous le savez, IL N’Y A MALADIE QUE QUAND IL Y A SOUFFRANCE.
Le "mal a dit", quand est ce qu’on l’entendra ?
Les animaux (et la terre) souffrent, et il ne leur reste qu’à l’exprimer et à s’exprimer par la maladie: "PRIONS"! Ils nous prient! Ils viennent menacer l’inconscient collectif des humains pour enfin les faire prendre conscience de ce qu’ils sont en train de faire.

Les animaux sont prêts à se sacrifier et à se faire massacrer en groupe pour une maladie qui se passe dans leurs cerveaux jusqu’à ce que les humains comprennent qu’ils sont eux "malades" dans leur tête, dans leurs idées.